Rejoignez nous sur
Twitter ou Facebook
P U B L I C I T É
pdf

Technologie

(Redirigé depuis Technologiques)
Dans la seconde moitié du XXe siècle, l'humanité avait atteint la maîtrise technologique nécessaire pour quitter pour la première fois la surface du globe et se lancer à la conquête de l'espace.

Le mot technologie désigne l'étude des outils et des techniques. Ce terme se réfère à tout ce qui peut être dit à plusieurs périodes historiques particulières, concernant l'état de l'art dans tous les domaines des savoir-faire pratiques et d'utilisation des outils. Il inclut donc l'art, l'artisanat, les métiers, les sciences appliquées et éventuellement les connaissances. Par extension il peut aussi se référer aux systèmes ou méthodes d'organisation qui permettent une telle technologie, ainsi que tous les domaines d'études et les produits qui en résultent.

Étymologie[ ]

L'étymologie du mot technologie renvoie toujours au sens moderne, il vient du grec technología (τεχνολογία) téchnē (τέχνη), « art », « compétence », ou « artisanat » et -logía (-λογία), l'étude de quelque chose, ou d'une branche de connaissance d'une discipline[1]. Le Petit Robert indique que le mot est emprunté en 1656 au grec tardif tekhnologia « traité ou dissertation sur un art, exposé des règles d'un art », de tekhnê et logos. La notion a ensuite été utilisée en 1772 par un physicien allemand Johann Beckmann. Le terme peut soit être appliqué généralement, soit dans des domaines spécifiques, par exemple : « technologie de construction », « technologie médicale », ou « la technologie de l'état de l'art ».

Le concept de technology selon Bigelow[ ]

Articles connexes : Technique et connaissance technique.

C'est semble-t-il un professeur de Harvard, Jacob Bigelow, qui aurait pour la première fois systématisé l'usage du mot technology en anglais dans son ouvrage Elements of technology (1829)[2]. Botaniste et professeur à la chaire Rumford de Harvard consacrée à « l'application de la science aux arts utiles » (useful arts), Bigelow est reconnu par certains historiens américains comme l'initiateur de la technocratie[réf. nécessaire]: appelant à une véritable « fusion » entre les arts et la science, il réfute les savoirs fondamentaux qui ne s’articulent pas avec une pratique concrète et parallèlement les techniques (les arts dans les mots de l'époque) qui s’inscrivent dans une tradition sans le recours systématique au savoir scientifique. En appelant à une sectorialisation accrue des savoirs scientifiques et une répartition scientifique des tâches dans le domaine du travail, il va fournir à la société capitaliste américaine bientôt en expansion un véritable modèle d’éducation. C'est d'ailleurs sur les recommandations du professeur de Harvard que le MIT (Massachusetts Institute of Technology) empruntera son nom[réf. nécessaire], en lieu du "School of Industrial Science" comme originellement prévu dans le projet du fondateur, mais aussi, de nombreuses orientations pédagogiques qui en feront un des centres de recherches « technologiques » les plus performants au monde (dans le domaine de la communication, de l'informatique et aujourd'hui de la robotique et de l'intelligence artificielle).

Le mot « technology » ne désignait pas pour Bigelow simplement les « arts utiles » mais suggérait en fait la convergence à restaurer à l’aube de la révolution industrielle entre les arts (tekhnê) et la science (logos): une convergence compromise alors par l'angoisse naissante d'une impossible articulation des savoirs scientifiques se fragmentant avec leur diversification, et des arts nécessairement enfermés dans une tradition (ce que les membres du comité des arts et sciences américain nommaient « une routine empirique »).

C'est ainsi que les premiers usages du terme dans le sens qu'en donna Bigelow précèdèrent les bouleversements techniques du XIXe siècle, et que l'usage du terme se répandit pendant la révolution industrielle.

Bigelow s'inscrit largement dans le sillage du « millénarisme technologique » qui anime avec ferveur l'enthousiasme scientifique et technique des nations occidentales (pour l'historien David Noble, il faut remonter au moine Bénédictin Érigène promoteur d'un salut grâce aux "arts mécaniques")[3]. Millénarisme séculier qui renvoie plus ou moins à l'idée d'un paradis sur terre qui s'incarne désormais dans le progrès technique (idée dont la diffusion est largement redevable aux philosophies progressistes de l'histoire européenne qui émergent au siècle des Lumières). L'une des influences majeures de cette téléologie du progrès technique fut sans aucun doute Francis Bacon : le chancelier d'Angleterre qui a initié la philosophie expérimentale, philosophie inductive qui marque une rupture fondamentale avec les approches scolastiques médiévales de la science (pour qui la nature s'appréhende par le prisme des dogmes de l'Église : la méthode "aprioriste"). Bacon était un fervent millénariste profondément imprégné de la rationalité puritaine (il restera anglican : fonctions obligent...).

Histoire des techniques[ ]

]

Les premiers représentants du genre Homo sont le résultat d'une évolution à partir d'hominidés qui étaient déjà bipèdes[4], avec une masse cérébrale d'approximativement un tiers de celle de l'homme moderne[5]. Les outils ont relativement peu évolué durant la plus grande partie de l'histoire humaine. Cependant, il y a environ 50 000 ans un ensemble complexe de comportements et d'utilisations d'outils a émergé. Certains archéologues y voient un lien avec l'émergence du langage structuré[6].

Les outils de pierre[ ]

Biface de Saint-Acheul obtenu par façonnage - collection Félix Régnault- Muséum de Toulouse

Les ancêtres des hommes modernes ont utilisé des outils en pierre bien avant l'émergence d'Homo sapiens il y a 200 000 ans[7]. Les plus anciens outils de pierre connus, regroupés sous le nom de Pré-Oldowayen ou d'Oldowayen, datent d'il y a 2,3 millions d'années[8]. Des traces interprétées par leurs inventeurs comme des traces d'utilisation d'outils ont été observées sur des ossements découverts en Éthiopie dans la Vallée du Grand Rift. Elles datent d'il y a 2,5 millions d'années[9] voir de 3,4 millions d'années[10],[11] Ces premières utilisations de la pierre marquent le début du Paléolithique, qui s'achève avec le développement de l'agriculture il y a environ 12 000 ans.

Pour fabriquer les plus simples outils en pierre, un bloc de roche dure aux propriétés mécaniques particulières, comme le silex, devait être frappé avec un percuteur également en pierre de façon à en détacher un éclat. Cette action produit un bord tranchant à la fois sur le bloc taillé et sur l'éclat qui en a été détaché, tous deux pouvant être utilisés comme outils. Les formes les plus simples sont le galet taillé et l'éclat, qui peut être transformé en racloir[12]. Avec ces outils, les premiers humains, chasseurs-cueilleurs, ont pu exécuter différentes tâches, dont la découpe de la viande, la fracture des os pour accéder à la moelle osseuse, la coupe du bois, l'ouverture des noix, le dépouillement des carcasses animales pour récupérer la peau, et, par la suite, la fabrication d'autres outils avec des matériaux plus tendres comme l'os et le bois[13].

Les premiers outils en pierre sont relativement peu élaborés techniquement mais impliquent la maîtrise d'un nombre important de paramètres (choix de la matière première, choix du percuteur, intensité du coup, angle de percussion, etc.) hors de portée de tout espèce animale à l'exception de l'homme[14]. À l'Acheuléen, il y a 1,65 million d'années, de nouvelles méthodes de taille de la pierre apparaissent (façonnage), se traduisant par la production d'outils plus complexes comme le biface ou le hachereau. Il y a 300 000 ans, le Paléolithique moyen est caractérisé par la généralisation du débitage Levallois, permettant la production de séries d'éclats de forme prédéterminée aux dépens d'un même nucléus. Au Paléolithique supérieur, il y a environ 35 000 ans, le débitage de lames se généralise et permet la production de nouveaux outils (burin, grattoirs, etc.). La technique de la retouche par pression (attestée dès le Middle Stone Age en Afrique du Sud[15]) est utilisée pour retoucher certaines pointes de projectiles telles que les feuilles de laurier ou les pointes à cran[16].

Le feu[ ]

La découverte et l'exploitation du feu est un véritable tournant de l'évolution technologique du genre humain[17]. La date exacte de sa découverte est inconnue. La présence d'os d'animaux brûlés dans la région du Cradle of Humankind, à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de Johannesburg, suggère que la domestication du feu est apparue avant 1 million d'années avant le présent[18]. La communauté scientifique est quasiment unanime pour considérer que Homo erectus a contrôlé le feu aux alentours de 500 000 à 400 000 avant le présent[19],[20]. Le feu, alimenté avec du bois, mais également avec du charbon, permettait aux premiers hommes de cuire leur nourriture et d'en améliorer la digestibilité, la conservabilité et la valeur nutritive en diversifiant la variété des préparations possibles[21].

Vêtements et habitations[ ]

D'autres avancées technologiques ont été faites pendant le Paléolithique, ère où sont apparus le vêtement et l'habitation. L'adoption respectivement de ces deux pratiques ne peuvent être exactement datées, mais elles ont l'une et l'autre une position clé dans l'histoire du progrès de l'humanité. Les vêtements, adaptés de la fourrure et des peaux des animaux chassés, aidaient les êtres humains à évoluer plus indifféremment dans des régions plus froides[22].

Du ]

L'ascension technologique de l'Homme s'est accélérée lors de la période néolithique (« Nouvel âge de pierre »). L'invention de la hache en pierre polie fut une avancée considérable car elle a permis le défrichement à grande échelle des forêts ouvrant la route future à la création de fermes. La découverte de l'agriculture a permis l'alimentation d'une plus grande population, mais aussi la transition vers un mode de vie sédentaire qui augmenta le nombre d'enfants qui pouvaient être simultanément élevés, vu que les jeunes enfants n'avaient plus besoin d'être transportés comme c'était le cas avec un style de vie nomade. En outre, les enfants pouvaient contribuer aux tâches agricoles de manière plus constante que dans un mode de vie chasseur-cueilleur[23],[24].

L'augmentation de la population et de la force de travail disponible ont autorisé un accroissement de la spécialisation des tâches[25]. Par contre, il reste à clarifier pourquoi et comment des villages néolithiques ont évolué vers les premières villes, comme Uruk, et vers les premières grandes civilisations comme Sumer. On pense cependant que l'émergence de structures sociales de plus en plus hiérarchiques, la spécialisation des tâches, le commerce et la guerre entre cultures adjacentes, et le besoin d'action collective pour surmonter les défis environnementaux, tels que la construction de digues et de réservoirs, ont tous joué un rôle dans cette évolution[26].

Le métal et les outils[ ]

Une progression continuelle et qui amènera ultérieurement par exemple, au fourneau, et à sa ventilation, a fourni la capacité à fondre, et à forger, d'abord les métaux les plus accessibles (ceux qui sont présents dans la nature sous une forme relativement pure)[27]. Les premiers métaux ainsi travaillés étaient l'or, le cuivre, l'argent et le plomb. Certains avantages des outils en cuivre sur ceux en pierre, en os, ou en bois sont apparus rapidement et les outils en cuivre ont probablement été utilisés pour la première fois vers le début du Néolithique (environ 8000 avant J.C)[28]. Le cuivre ne se trouve pas naturellement en grande quantité mais il se trouve assez communément dans le minerai de cuivre et on le transforme assez facilement quand on le brûle à l'aide du feu alimenté au bois et au charbon. À la longue, le travail du métal finira par conduire à la découverte des alliages tels que le bronze et le laiton (vers 4000 avant J.C). Les premières utilisations d'alliage de fer tel que l'acier datent d'il y a environ 1400 ans avant J.C.

Sens originel[ ]

En France, la collection Les techniques de l'ingénieur[29] est un bon exemple de publication technologique.

L'une des différences majeures entre les sciences de la nature et la technologie est que l'objet d'étude des premières, la nature, est relativement immuable alors que l'objet de la seconde, les techniques, est en perpétuelle expansion. L'invention et l'amélioration sont en effet des éléments exclusifs aux techniques, la nature, sujet d'études des sciences naturelles, ne pouvant pas, par définition, être modifié ou inventé par l'homme sans perdre son caractère intrinsèque.

Sens dérivés[ ]

L'amélioration ou l'invention de techniques ne fait, de manière stricte, pas partie de l'objet de la technologie mais de celui de la recherche technique.

Certaines expressions sont néanmoins apparues dans l'usage, telles que :

Notes et références[ ]

  1. (en) « Definition of technology » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Merriam-Webster. Consulté le 2007-02-16
  2. George Ellis, Memoir of Jacob Bigelow (Cambridge, Mass.: John Wilson &, Son, 1880)
  3. David F. Noble, The religion of technology. The divinity of man and the spirit of invention, New York : Penguin Book, 1999
  4. (en) « Mother of man – 3.2 million years ago », BBC (consulté le 2008-05-17)
  5. (en) « Human Evolution », History channel (consulté le 2008-05-17)
  6. (en) Wade, Nicholas, « Early Voices: The Leap to Language », The New York Times,‎ 2003-07-15 (consulté le 2008-05-17)
  7. (en) « Human Ancestors Hall: Homo sapiens », Smithsonian Institution (consulté le 2007-12-08)
  8. (en) « Ancient 'tool factory' uncovered », BBC News,‎ 1999-05-06 (consulté le 2007-02-18)
  9. (en) Jean de Heinzelin, JD Clark, T White, W Hart, P Renne, G Woldegabriel, Y Beyene et E Vrba, « Environment and Behavior of 2.5-Million-Year-Old Bouri Hominids », Science, vol. 284, no 5414,‎ avril 1999, p. 625–629 (liens PubMed? et DOI?)
  10. Mc Pherron et al., Nature, 466, 857, 2010. (résumé en anglais).
  11. Hominidés.com (Les australopithèques utilisaient-ils des outils ?).
  12. (en) Burke, Ariane, « Archaeology » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Encyclopedia Americana. Consulté le 2008-05-17
  13. Thomas Plummer, « Flaked Stones and Old Bones: Biological and Cultural Evolution at the Dawn of Technology », Yearbook of Physical Anthropology, no 47,‎ 2004
  14. Roche, H., Delagnes, A., Brugal, J-P., Feibel, C., Kibunjia, M., Mourre, V. et Texier, P-J. (1999) - « Early hominid stone tool production and technical skill 2.34 Myr ago in West Turkana, Kenya », Nature, vol. 399, pp. 57-60.
  15. Mourre, V., Villa, P. et Henshilwood, C.S. (2010) - « Early use of pressure flaking on lithic artifacts at Blombos Cave, South Africa », Science, vol. 330, n° 6004, pp. 659-662.
  16. (en) Haviland, William A., Cultural Anthropology: The Human Challenge, Australia, The Thomson Corporation,‎ 2004, 11e éd. (ISBN 978-0-534-62487-3, lien LCCN?), p. 77
  17. (en) Thomas Crump, A Brief History of Science, Londres, Constable & Robinson,‎ 2001 (ISBN 978-1-84119-235-2, lien LCCN?), p. 9
  18. (en) « Fossil Hominid Sites of Sterkfontein, Swartkrans, Kromdraai, and Environs », UNESCO (consulté le 2007-03-10)
  19. (en) « History of Stone Age Man », History World (consulté le 2007-02-13)
  20. (en) Steven R. James, « Hominid Use of Fire in the Lower and Middle Pleistocene », Current Anthropology, vol. 30, no 1,‎ février 1989, p. 1–26 (lien DOI?, lire en ligne [fee required])
  21. (en) Ann B. Stahl, « Hominid dietary selection before fire », Current Anthropology, vol. 25, no 2,‎ 1984, p. 151–168 (lien DOI?, lire en ligne [fee required])
  22. (en) Richard Cordaux, « South Asia, the Andamanese and the genetic evidence for an "early" human dispersal out of Africa », American Journal of Human Genetics, vol. 72, no 6,‎ 2003, p. 1586 (liens PubMed?, PubMed Central? et DOI? ; lire en ligne [PDF])
  23. (en) « The First Baby Boom: Skeletal Evidence Shows Abrupt Worldwide Increase In Birth Rate During Neolithic Period », Science Daily,‎ 2006-01-04 (consulté le 2008-05-17)
  24. (en) Sussman, Robert W., « Child Transport, Family Size, and Increase in Human Population During the Neolithic », Current Anthropology, University of Chicago Press, vol. 13, no 2,‎ avril 1972, p. 258–267 (lien DOI?, lire en ligne)
  25. (en) Ferraro, Gary P., Cultural Anthropology: An Applied Perspective, Belmont (Calif, The Thomson Corporation,‎ 2006, 7e éd. (ISBN 978-0-495-03039-3, lien LCCN?, lire en ligne)
  26. (en) Patterson, Gordon M., The ESSENTIALS of Ancient History, Piscataway, Research & Education Association,‎ 1992, poche (ISBN 978-0-87891-704-4, lire en ligne)
  27. (en) Alan W Cramb, « A Short History of Metals », Carnegie Mellon University (consulté le 2007-01-08)
  28. (en) Hugh Chisholm, Encyclopædia Britannica,‎ 1910, 708 p. (résumé)
  29. www.techniques-ingenieur.fr Base documentaire, et collection aux éditions Dunod - L'Usine Nouvelle

Voir aussi[ ]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[ ]

  • Gilbert Simondon, L'Invention dans les techniques, Seuil, Paris, 2005.
  • Jean-Hugues Barthelemy, Penser la connaissance et la technique après Simondon, L'Harmattan, Paris, 2005.
  • (en) Jacob Bigelow, An address on the limits of education, Massachusetts Institute of Technology, E. P. Dutton & company, Boston, 1865.
  • (en) Jacob Bigelow, « Elements of Technology », The North American review, vol. 30, 67, 1830.
  • (en) Jacob Bigelow, Elements of Technology, Hilliard, Gray & Co., Boston, 1829.
  • (en) Perry Miller, The Life of the Mind in America – From the Revolution to the Civil War, Harvest Book, New York, 1965.
  • Jacques Ellul, Le Système technicien, Calman-Lévy, Paris, 1977.
  • Jacques Ellul, Le Bluff technologique, Hachette, Paris, 1988.
  • (en) David F. Noble, The Religion of Technology – The Divinity of Man and the Spirit of Invention, Penguin Book, New York, 1999.

Articles connexes[ ]

Liens externes[ ]

mentions légales Wikipédia
politique de confidentialité à propos de Wikipédia avertissements contacts faire un don
P U B L I C I T É