Rejoignez nous sur
Twitter ou Facebook
P U B L I C I T É
pdf

Christianisation des peuples germains et scandinaves

La christianisation des peuples germains et scandinaves est un processus de conversion des peuples germains et scandinaves, qui avaient des croyances dites « païennes », au christianisme, qui connut une grande expansion du Ve siècle au XVe siècle. Elle s'effectua de façon plus ou moins pacifique ou violente et sur plus de quatre siècles. Selon de nombreux historiens dont François-Xavier Dillmann, nous assistons à une véritable guerre de religion pour instaurer le christianisme par la force, notamment en Norvège où le conflit dura plus d'un siècle[1]. Pourtant les Germains et les Scandinaves étaient ouverts à d’autres dieux et croyances que les leurs, et y trouvaient parfois un intérêt politique et commercial. « Tant que la foi chrétienne ne menaçait pas les anciennes coutumes, les païens considéraient le Christ avec indulgence »[2]. Des scandinaves n'ont pas hésité à intégrer Jésus dans leur panthéon aux côtés de leurs divinités traditionnelles, comme Odin ou Thor.

Le jarl Haakon Sigurdsson ordonne aux prêtres de revenir sur la côte ; illustration pour la saga de Olaf Tryggvason (édition publiée en 1899 du recueil Heimskringla). Ces missionnaires avaient été envoyés par le roi du Danemark.

Premiers contacts[ ]

« La mission par échanges culturels, puis par la parole, puis par l’épée[3]».

Les Nordiques entrèrent en contact avec la religion chrétienne suite aux premières missions d'évangélisation dans la première moitié du VIIIe siècle, c'est-à-dire avant l'expansion viking. En 725, Willibrord, évêque d'Utrecht, échoua à convertir les danois. Certains évangélisateurs allaient jusqu'à détruire les représentations païennes au péril de leur vie. L'imprégnation du christianisme devint beaucoup plus palpable suite aux raids vikings. Les pillards ramenaient dans leur pays un butin notamment composé d'objets du culte chrétien. L'empereur Louis le Pieux ranima les tentatives d'évangélisation. Vers 822-825, la Scandinavie fut déclarée terre de mission. Ebbon, archevêque de Reims, puis Ansgar, moine de Corbie, prêchèrent au Danemark sans grand succès.

Conversions[ ]

Le changement décisif se produisit quand de grands chefs se convertirent. Des princes comprirent tout l'intérêt d'embrasser une religion qui consolidait leur pouvoir. En Francie, le jarl Rollon accepta d'être baptisé en échange d'un territoire qui allait devenir le duché de Normandie. C'était un excellent critère d'intégration dans le monde franc. En Scandinavie, des rois se servirent de la religion du Christ afin de « dépasser les particularismes culturels et surtout les dissensions politiques entre clans »[4]. Le but était d'unifier leur royaume. La conversion au christianisme avait pour origine des motivations essentiellement politiques. Le prince norvégien Håkon le Bon se fit baptiser en Angleterre et, de retour en Norvège, entreprit une christianisation de son pays. Il rencontra une forte opposition à la propagation de sa foi. « En 933, des sujets de Hakon [le Bon] brûlèrent des églises, tuèrent des prêtres et forcèrent Hakon à abandonner son projet de christianiser tout le pays »[5]. Les jarls de Lade, Håkon Grjotgardsson, son fils Sigurd Håkonsson puis son petit-fils Håkon Sigurdsson, résistèrent à la christianisation de la Norvège, restaurèrent le culte des anciens et des divinités malgré les efforts des rois, en particulier Harald à la pelisse grise[6]. Autour de 974, Otton II du Saint-Empire envahit le Danemark. Le roi Harald à la Dent Bleue et son allié norvégien, Håkon Sigurdsson, perdirent une bataille près du Danevirke et furent contraints, pour avoir la paix, d’accepter le baptême et de christianiser leur peuple[7] mais une fois revenu en Norvège, Hakon se débarrassa des prêtres autour de lui et reprit ses anciennes croyances[8]. L’opposition à la foi chrétienne fut brisée plusieurs dizaines d'années plus tard avec une violence peu chrétienne, d'abord par le roi Olaf Tryggvason, baptisé en 995. « Il fit preuve d’une poigne évangélisatrice redoutable pendant les cinq ans de son règne sans doute mû par un fanatisme religieux hors du commun. Son œuvre fut achevée par Olaf Haraldson»[9] (1016-1028). Au Danemark, Harald à la Dent Bleue agit de même. En 985, le royaume est unifié et christianisé sous sa poigne. En Suède, malgré le zèle des missionnaires comme l’évêque Bruno de Querfurt, le paganisme demeurait encore au XIe siècle. Les missionnaires, voyant qu’ils ne pouvait pas détruire les anciennes croyances, les christianisèrent progressivement en récupérant les anciennes déités païennes[10].

Résistances[ ]

La christianisation engendra des résistances suivies de bannissements et de brutalités, car cette nouvelle foi était contraignante, imposant la foi en Dieu, un et seul. Les Vikings avaient l’obligation d’abandonner leurs anciennes croyances. « L’Église n’autorise pas d’autres dieux, qu’elle considère comme des démons et des forces du Mal. Freyja, la Grande Déesse des Vikings, symbole de la fécondité, fut pour l’Église un objet de ridicule et de mépris » [11]. Les textes de Snorri Sturluson lui-même vantaient les exactions chrétiennes. « Ceux qui n’abandonnaient pas le paganisme étaient expulsés, à d’autres, [Olaf Haraldson] faisait couper les mains ou les pieds ou extirpait les yeux, pour certains il les faisait pendre ou décapiter, mais ne laissait impuni aucun de ceux qui ne voulaient servir Dieu (…) à qui il affligeait de grands châtiments (…). Il leur [au peuple norvégien] donna des clercs et en institua dans les districts… »[12].

En Suède, les Varègues furent contraints d’accepter la christianisation, en même temps que les Slaves, en 989, lors du baptême général ordonné par le roi Valdimarr[13].

En Islande[ ]

La christianisation de l'Islande se présente sous un autre jour. Au cours d'une réunion de l'Althing au solstice d’été de l'an 999 [14], les Islandais décidèrent, contraints et forcés, d'adopter le christianisme officiellement. « Les menaces du roi Olafr Tryggvason, qui décide de garder tous les fils de grands chefs Islandais séjournant en Norvège, pèsent certainement d’un grand poids sur le fameux Althing de 999 » [15],[16]. « Olafr Tryggvason fit preuve d’une poigne évangélisatrice redoutable, il imposa le christianisme aux Féroé, avec l’aide du jeune chef Féroïen Sigmundr Brestisson, converti à la nouvelle religion (Faereyinga saga) et en Islande, en envoyant des missionnaires comme Thangbrandr dont l’efficacité n’avait d’égale que la violence (Kristni saga). En 999, une décision officielle, après un débat houleux de l’Althing, établit la nouvelle religion : la loi obligeait les Islandais qui n’étaient pas encore baptisés à le faire. » [2]. D’autre part, ils craignaient une division religieuse, et donc politique, du pays entre païens et chrétiens, ces derniers étant déjà nombreux sur l'île. Risque de partition d'autant plus grand que l'Islande ne connaissait pas ni roi ni quelconque prince à sa tête[17].

Notes et références[ ]

  1. L’histoire des rois de Norvège par Snorri Sturluson traduit par François-Xavier Dillmann p.34 l’Aube des peuples chez Gallimard. ISBN 2 07 073211 8
  2. a et b Jean Renaud, les dieux des Vikings, éditions Ouest France, ISBN 2-7373-1468-2, sept 96, p.188
  3. K. D. Schmidt, Trosskiftet Kulturhistoriskt lexikon för Nordisk Medeldit.
  4. Philippe Descamps, « Des rois sous le signe du Christ », Cahiers de Sciences et Vie, Vikings : enquête sur les secrets des maîtres des mers, n°80, avril 2004, p.110
  5. Jean Renaud, op. cit., p.188
  6. Snorri Sturluson, Histoire des rois de Norvège, trad. par François Xavier Dillmann, Gallimard « l’Aube des peuples », 2000, p.177-182, p.206-207, p.240
  7. Snorri Sturluson, p.250-254
  8. Snorri Sturluson, p.254-255
  9. Jean Renaud, op. cit., p.187
  10. Bernard Mariller, Vikings, collection B-A BA, éditions Pardès, 2003
  11. Jean Renaud, op. cit., p.190
  12. Régis Boyer, Les Vikings : histoire et civilisation, Paris, Perrin, 2002. Régis Boyer, Yggdrasill. la religion des anciens Scandinaves, éditions Payot, 2007. Régis Boyer, le Christ des Barbares, éditions du CERF, p.&nbs;18
  13. Régis Boyer, le Christ des Barbares, éditions du CERF, p.81
  14. Régis Boyer, le Christ des Barbares, éditions du CERF, p.89
  15. Régis Boyer : la vie religieuse en Islande, Paris, Fondation Singer-Polignac, 1979, 1re partie
  16. Régis Boyer :Yggdrasill, la religion des anciens Scandinaves, éditions Payot, 2007, page 224
  17. Philippe Descamps, op. cit., p.112

Annexes[ ]

Articles connexes[ ]


mentions légales Wikipédia
politique de confidentialité à propos de Wikipédia avertissements contacts faire un don
P U B L I C I T É